Afin d’être en mesure de comprendre si l’Algérien a plus ou moins acheté/dépensé en 2020, l’évolution du nombre de commerces suivants a été étudiée :

-Alimentations générales (épiceries).

-Supérettes.

-Supermarchés.

-Hypermarchés.

Ainsi, en 2020, le nombre de commerces en plus par rapport au total est presque 12 fois supérieur à celui de 2019 et est 2 fois plus important que celui enregistré en 2018.


La forte évolution du nombre total de commerces insinue l’apparition d’une forte demande (par rapport à 2019) et des achats plus importants de la part des habitants. Une opportunité saisie par les commerçants.

80% des nouveaux commerces en 2020 sont répartis sur 30 wilayas et 270 communes.

          34% des commerces créés en 2020 sont au Centre du pays.

          34% sont à l’Est.

         23% sont à l’Ouest.

          9% sont au Sud.

Le nombre total de commerces dans le secteur a connu une évolution de +1,5%. Cette croissance se traduit par une évolution importante du nombre de nouveaux entrants à travers le territoire national.

Les wilayas qui ont connu les plus fortes évolutions sont les suivantes :

1.         Tamanrasset + 6%.

2.       Naâma + 4%.

3.       M’sila + 4%.

4.       Batna + 4%.

5.       Ain Defla + 3%.

6.       Laghouat + 3%.

7.        Oum El Bouaghi + 3%.

8.       Oran + 3%.

9.       Relizane + 3%.

10.     Khenchla + 3%.

Les Wilayas qui ont connu les plus faibles évolutions sont les suivantes :

39.    Jijel + 0,4%.

40.    Souk Ahras + 0,4%.

41.     Annaba + 0,4%.

42.    Skikda + 0,3%.

43.    Béjaïa + 0,2%.

44.    Constantine – 0,1%.

45.    Tlemcen – 0,2%.

46.    Illizi – 1,1%.

47.    Tissemsilt – 3,1%.

48.    Bechar – 3,5%.

Les wilayas dans lesquelles il y a eu le plus de commerces ouverts sont les wilayas d’Alger en 1ère position, suivie d’Oran (n°4 en 2019), Sétif, Batna (n°16 en 2019) et M’sila. Tlemcen était n°2 en 2019 et Skikda n°5.

2020 ou pas ! le secteur des commerces de l’alimentation générale et de proximité a connu une évolution.

Ainsi, il suffit d’observer l’évolution du nombre de commerces ouverts et de commerces fermés pour se rendre compte que les contraintes de distanciation et celles liées aux horaires d’ouvertures réduits n’ont visiblement pas eu d’impact sur le secteur.

Au final, les hypothèses à soulever sont les suivantes 

          Des revenus plus importants en moyenne pour les habitants : ce qui a impliqué des dépenses supérieures.

         Des revenus maintenus pour les habitants : les achats réduits dans d’autres postes de dépenses « secondaires » ont permis aux habitants de dédier plus de budget afin de faire leurs courses. 

Categories: Consommation